IOBE : Visual Basic.Net devient plus populaire que C#

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Comme vous le savez déjà, l’index TIOBE est un indicateur de popularité des langages de programmation conçu sur la base du nombre de pages web retournées par un moteur de recherche lorsqu’on lui soumet le nom du langage de programmation. Depuis 2002, cet index présente tous les mois un classement des langages de programmation les plus populaires. Il se base sur une formule évaluant les recherches sur les langages de programmation dans les moteurs de recherche populaires tels que Bing, Google et Wikipedia. Le nombre d’ingénieurs qualifiés, de cours et de fournisseurs tiers en rapport avec une langage sont aussi pris en compte dans la formule. La mise à jour de l’index pour le compte décembre 2018 a déjà été effectuée et certains éléments étaient assez prévisibles alors que d’autres étaient pour le moins inattendus. Comme on pouvait s’y attendre, Java et C ont conservé respectivement la première et la deuxième place avec comme score chacun 15,932 % et 14,282 %.

On observe néanmoins un léger changement dans le top 3 du classement. Python a gagné en popularité pour se hisser à la troisième place grâce à un score de 8,376 % et une croissance de 4,60 %, en reléguant C++ à la quatrième place. L’une des surprises majeures du classement de ce mois est le langage Microsoft Visual Basic.NET qui occupe actuellement la cinquième place de l’indice TIOBE avec un record sans précédent, 7,127 % comme score pour une croissance de 4,66 %. Même TIOBE a trouvé cela « très surprenant » car, les développeurs de logiciels professionnels ne pensent pas beaucoup à Visual Basic.NET et le considère comme « un langage de jouet destiné aux personnes qui commencent à apprendre la programmation ». Bien que cela soit vrai, dit TIOBE, on ne peut nier qu’il existe de nombreux programmes et applications écrits en Visual Basic également dans le domaine professionnel. De nombreuses applications bureautiques dédiées aux petites et moyennes entreprises ont été développées avec ce langage de programmation en raison de son prototypage rapide et de sa lisibilité.

Rappelons qu’en 2001, Microsoft avait présenté son langage de programmation Visual Basic.NET, à la syntaxe similaire à celle de Visual Basic 6, pour développer en .NET via Visual Studio sur les systèmes d’exploitation Windows. Un an plus tard, l’entreprise avait proposé le langage de programmation orienté objet C#, dérivé du C++ et très proche du Java, pour le développement sur la plateforme Microsoft .NET. Cette même année, Microsoft Research avait finalisé le développement de la première version publique de F#, un langage de programmation fonctionnel, impératif et orienté objet pour la plateforme .NET dont le noyau est dérivé du langage OCaml (avec lequel il est fortement compatible). Trois langages pour la plateforme .NET qui n’ont pas forcément la même audience et qui ont vu Microsoft prendre des approches stratégiques différentes pour chacun d’eux. À ce propos, l’entreprise avait fait un billet pour donner plus de précision, aux développeurs et professionnels de l’informatique, sur ses intentions dans le développement de ces langages.

« Nous continuerons de développer C# pour répondre aux besoins changeants des développeurs et rester à l’état d’art du langage de programmation. Nous allons innover de manière agressive, tout en veillant à ne pas nous éloigner de l’esprit du langage. Étant donné la diversité de la base de développeurs, nous préférerons améliorer le langage et la performance, ce qui profitera à tous ou à la plupart des développeurs, évitant ainsi une focalisation excessive sur un segment donné. Nous continuerons de renforcer l’écosystème et de renforcer son rôle dans l’avenir de C#, tout en maintenant une gestion rigoureuse des décisions de conception pour assurer une cohérence continue », avait expliqué Mads Torgersen, Program Manager du langage C#.

Quand au Visual Basic, il avait dit : « nous allons garder Visual Basic simple et accessible. Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour en faire un citoyen de première classe de l’écosystème .NET : lorsque les formes d’API évoluent à la suite de nouvelles fonctionnalités C#, par exemple, utiliser ces API devrait être naturel dans VB. Nous allons continuer à nous concentrer sur l’expérience de l’outillage cross-language, reconnaissant que de nombreux développeurs VB utilisent également C #. Nous concentrerons l’innovation sur les scénarios principaux et les domaines où VB est populaire. Si VB devait suivre C# dans son évolution agressive, non seulement il allait rater le coche, mais en plus il allait détruire l’accessibilité directe qui est l’une de ses forces clés ».

Au classement de ce mois, C# est relégué à la sixième place. En ce qui concerne les changement inattendus du classement de ce mois, il y a Delphi/pascal qui a fait une montée fulgurante passant de la 16e place en décembre 2017 à la 11e place en décembre 2018. L’autre grande surprise est le langage Swift, qui est sensé remplacé objectif C, se hisse à la 14e place alors qu’il y a deux mois environ, en octobre plus précisément, le langage conçu par Apple pour l’écosystème iOS et OS X s’invitait dans le top 10 du classement. La question se posait déjà de savoir si Swift allait pouvoir se maintenir dans le top 10, voire même y progresser. La réponse pour l’instant est non. Peut-être bien que le langage nous réserve une surprise les mois à venir mais en attendant, c’est objectif C qui gagne plus en popularité pour se positionner à la 12e place du classement.

Parmi les langages dont la cote de popularité a diminué, on note également R, le langage destiné aux statistiques et à la science des données. Il occupe actuellement la 16e place.

Parlant de la cote de popularité des langages de programmation, une étude réalisée sur Developpez.com en avril dernier, nous donne une idée de la popularité des différents langages dans les offres d’emploi de 2017, c’est-à-dire la proportion d’offres d’emploi postées sur Developpez.com mentionnant chaque langage. Voici ci-dessous le graphe retraçant les résultats :

En ce qui concerne les langages les plus demandés, Java règne en maître, et reste globalement stable. JavaScript est bon deuxième, mais sa tendance est à la hausse, ce qui n’est pas surprenant étant donné son importance dans les navigateurs, mais aussi son utilisation récente dans d’autres domaines (NodeJS, application mobile…). PHP, autrefois bon deuxième 2013, avait vu une chute importante de sa popularité, au point de se faire dépasser par JavaScript, mais on observe une solide remontée en 2017. Les améliorations significatives apportées à la version 7 du langage de script serveur y sont probablement pour quelque chose. Python, à l’origine sixième du classement, monte régulièrement dans le classement pour se hisser en 2017 à la quatrième place ; le fait que le langage du reptile venimeux soit souvent le langage de prédilection pour l’enseignement explique probablement en partie cette envolée.

En revanche, les performances du C#, langage phare pour développer en .NET, déçoivent. Originellement quatrième, il est en baisse constate, quoique modérée, depuis 2013, et se retrouve dépassé par Python en 2017. Quant au C++, il maintient sa position solidement ; même s’il a été dépassé lui aussi par le Python, son utilisation est parfaitement stable au fur et à mesure des années ; rappelons que dans l’ensemble des langages présents dans ce graphique, il est le seul à produire du code natif. Enfin Scala, qui fait son entrée dans cette étude, se maintient à un solide 3,2 %, supérieur au C sur toute la période, ce qui donne une bonne crédibilité au métalangage suisse.

L’étude s’est aussi porté sur les salaires des offres d’emploi en fonction des langages. La méthodologie utilisée consiste à prendre l’ensemble des offres d’emploi postées sur Developpez.com dont le salaire est renseigné durant l’année 2017, et sélectionner pour chaque langage les offres d’emploi qui correspondent (une même offre d’emploi peut éventuellement être utilisée plusieurs fois si elle utilise différents langages). Une moyenne des salaires est alors faite sur cette sélection, en sachant que les anomalies évidentes (salaire clairement trop bas ou trop élevé) sont exclues.

Les résultats sont divisés entre Paris et le reste de la France, étant donné que les salaires peuvent être très différents entre ces deux parties de la France. Enfin, à l’instar des offres d’emploi, les moyennes correspondent à des salaires bruts. N’oubliez pas qu’il s’agit d’une étude sur les salaires proposés sur les offres d’emploi de 2017, qui peuvent être différents des salaires réels des personnes embauchées, et aussi différents des personnes déjà en poste depuis un certain temps. Enfin, pour certaines technologies peu populaires, les informations de salaire n’étaient pas suffisamment fiables pour en dégager une moyenne, d’où leur absence dans cette partie de l’étude.

Salaires par langage en région parisienne en 2017

Salaires par langages dans le reste de la France en 2017

Source : Index TIOBE

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Qu’est ce qui explique selon vous cette instabilité observée au niveau de certains langages sur TIOBE ?
Pensez-vous que la chute brutale de R est en rapport avec la montée de python ? Pourquoi ?

Source: developpez.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »