Demain, le e-commerce sera boosté par le mobile et dopé à l’IA

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Les français étant de plus en plus nombreux à acheter en ligne (35 millions en 2017), le e-commerce poursuit donc sa croissance. La fréquence d’achats, elle aussi, progresse. Et les choses devraient s’accélérer un peu plus encore dans les années à venir grâce à l’apport de l’IA.

Selon la Fevad, malgré une baisse du montant moyen de la transaction, la moyenne des dépenses annuelles des internautes est restée orientée à la hausse. En 2017, 33 transactions en moyenne ont été enregistrées en ligne et près de 2 200 € dépensés en moyenne par acheteur.

Le mobile est par ailleurs devenu un outil stratégique pour les e-commerçants, avec des chiffres en croissance continue. Ainsi, l’an dernier, 16,8 milliards d’euros ont été dépensés via le mobile, soit une croissance de + 5,6 milliards d’euros par rapport à 2016.

L’IA au service du e-commerce
KPMG et la Fevad ont par ailleurs identifié 5 grandes catégories d’application de l’IA sur lesquelles travaillent les e-commerçants :

  • la personnalisation et l’amélioration de l’expérience client.
  • la logistique robotisée et intelligente : gestion de la logistique et des stocks pour des marchands.
  • la recherche visuelle.
  • la gestion des bases de données des marketplaces.
  • les chatbots de gestion des questions et demandes clients (pré- & post-vente) et assistants personnels.

« Si les développements sont  encore relativement limités, les dirigeants du e-commerce mesurent pourtant bien tout le potentiel de croissance permis par l’IA, et l’inscrivent tout en haut de leur agenda stratégique. » estime Emmanuel Hembert, Associé KPMG, Leader de la Practice Consumer & Retail Advisory.

Sur le court terme, les e-commerçants peuvent envisager l’intégration de l’IA pour la gestion automatisée et en temps réel du prix, mais aussi les recommandations produits et le marketing personnalisé.

Á plus long terme, de nouveaux services devraient émerger, comme : le commerce en ligne sans écran, via des commandes vocales, la visualisation 3D et le shopping dans la réalité virtuelle ou la livraison instantanée par drone sur la base d’algorithmes prédictifs de demande.

« Avec une telle diversité de technologies et solutions offertes par l’IA, les e-commerçants doivent être constamment dans une démarche de veille et de test. A ce titre, les start-up sont des acteurs-clefs pour les accompagner dans leur démarche d’innovation et pour accélérer sur le développement de solutions applicables au marché. » décrypte Marc Lolivier, Délégué général de la FEVAD.

En attendant, l’IA pose toujours des défis importants pour les dirigeants du secteur, notamment en termes d’intégration technologique et de formation des collaborateurs.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »