Développeur, un métier mal connu et qui ne fait pas rêver

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Malgré l’omniprésence du numérique aujourd’hui à tous les niveaux de nos vies personnelles et professionnelles, le métier de développeur informatique ne fait pas recette. Alors que la carence en profils spécialisés est toujours latente, CA Technologies et YouGov ont cherché à mieux cerner l’image que les jeunes Français ont de cette profession.

Si 84% des Millenials interrogés ont « déjà entendu parler » de la profession de développeur informatique, ils ne sont que 26% à déclarer la « connaître parfaitement ». On note ici une forte disparité entre les hommes et les femmes : 38% des hommes « savent parfaitement en quoi consiste ce métier » contre seulement 15% des femmes. Toutefois, plus le niveau d’études est élevé, plus la connaissance du métier et des filières de formation est importante. Les jeunes franciliens titulaires d’un diplôme d’études supérieures paraissent les mieux sensibilisés aujourd’hui à la profession de développeur informatique.

Pourtant considéré comme un métier d’avenir, bien rémunéré et porteur de nombreux débouchés, le développeur informatique ne fait « vraiment rêver » que 8% des Millenials (10% d’hommes et 5% de femmes). 21% les faisant « plutôt rêver », contre 58 % qui déclarent qu’il ne les fait « pas vraiment » ou « pas du tout » rêver (30% des femmes répondent « pas du tout »).

Conséquence : ils sont peu à envisager de s’orienter ou de se réorienter vers le métier de développeur informatique, même lorsqu’ils sont bien informés sur la profession : 57% des hommes et 73% des femmes déclarant « savoir en quoi consiste ce métier » n’envisagent pas d’embrasser cette profession. De plus, parmi les Millenials ayant déjà entendu parler du métier de développeur informatique, seulement la moitié connaît les formations/filières pouvant y conduire (51%). Seuls ceux qui déclarent connaître parfaitement le métier, connaissent également les formations qui peuvent y mener.

Un manque d’informations
On le voit, le métier de développeur informatique souffre d’un manque flagrant d’informations, alors qu’il représente l’un des segments les plus dynamiques aujourd’hui en termes de recrutement. “Cette absence d’informations semble alimenter ce manque d’appétence pour la profession de développeur informatique : le métier ne fait pas rêver car les candidats ne savent ni à quoi il correspond exactement, ni vers quels débouchés il mène“, indique Marie-Benoîte Chesnais, Directrice Technique chez CA Technologies. Ce déficit d’informations est finalement une pierre dans le jardin des entreprises qui luttent au quotidien pour recruter des nouveaux talents formés au numérique pour développer leurs activités.

Les choses évoluent
L’appréhension du métier de développeur informatique évolue néanmoins. Les femmes comme les hommes considèrent ce métier « adapté aux deux sexes ». Seuls 18% des hommes (et 25% de ceux habitant une grande ville) et 19 % des femmes pensent que c’est un métier d’homme. Par ailleurs, 73% des Millenials privilégieraient l’enseignement de l’informatique au collège plutôt que du latin, confirmant ainsi qu’ils ont conscience de l’importance des technologies de l’information dans nos sociétés actuelles. Ce chiffre traduit également un certain pragmatisme des jeunes Français qui souhaiteraient réduire le décalage entre le système éducatif et la réalité du marché de l’emploi.

La place des femmes
Depuis les années 80, le nombre de femmes optant pour l’informatique ne cesse de chuter. Les SSII françaises sont en général composées de 20 à 30% de femmes. Sans parler de leur faible présence dans les conseils d’administration des principales entreprises de la high-tech. Les différences salariales (environ 16% selon Les Echos) n’expliquent pas tout. Le déficit de notoriété et d’information, détaillé plus haut, est ici confirmé. Pour 26% des Millenials sachant en quoi consiste ce métier (25% des hommes et 28% des femmes), les nombreux clichés liés à la profession – un métier réservé aux hommes, solitaire et peu varié – persistent dans l’esprit des Français. 21% évoquent sa « mauvaise image » (celle du « Geek »).

Un parcours mal fléché
Parallèlement, 25% des femmes ayant connaissance de ce métier considèrent que la raison réside dans le parcours scolaire, qui les oriente naturellement vers d’autres cursus. Mais les femmes, comme les hommes, ne pensent pas que cette faible représentativité serait liée à « une forme de sexisme à l’entrée des formations et lors du recrutement » (9 et 10 %), ni à « un manque de soutien de la part de l’environnement social » (9 et 7 %), ni à « un manque d’encouragement de la part de la famille ou des amis » (bien que 3 fois plus d’hommes le pensent : 2 et 6 %).

Cette étude livre une image précise de ce que pensent les jeunes Français aujourd’hui de la profession de développeur informatique. Célébrée dans les médias et très recherchée par les entreprises, elle suscite au fond peu d’appétence, surtout auprès des jeunes les plus diplômés, conclut Antoni Minniti, Research Executive chez YouGov. Victime de nombreux clichés et d’idées reçues un peu datées, la profession souffre d’un déficit de notoriété qui explique en partie la carence actuelle en profils spécialisés“. Moralité : l’Etat et les instituts de formation doivent œuvrer ensemble pour corriger ce décalage qui freine les entreprises dans leur développement.

Source: Infodsi
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »