Il est temps de passer de la promesse employeur de « l’emploi à vie » à celle de « l’employabilité à vie »

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Dans un contexte de chômage de masse, les salariés ont conscience que leurs compétences vont devoir évoluer pour exercer leur métier dans un futur proche mais cela ne les inquiète pas pour autant. Ils se sentent bien préparés aux mutations des métiers. Pourtant, la plupart n’a pas été formée au cours de ces 3 dernières années. C’est ce que révèle le premier baromètre de l’employabilité réalisée par BVA pour BPI group.

Les experts estiment que plus de 50 % des métiers vont être profondément transformés d’ici 5 ans. BPI group en est aussi convaincu et pense que la réflexion sur le devenir de son métier est incontournable. L’employabilité est un des sujets central dans la réflexion à mener sur l’évolution de l’entreprise, son dialogue social et ses leviers de croissance et devient un enjeu de société majeur. Face à des salariés relativement passifs face à la transformation à venir de leurs métiers et des entreprises en manque évident d’anticipation, il est temps de passer à l’action. Sensibilisation, GPEC, programme de formation, voici quelques recommandations pour se mettre en mouvement :

  • Sensibiliser l’entreprise et les salariés à l’importance de l’employabilité
    Comment ? En donnant de la visibilité aux salariés sur leur niveau d’employabilité, via des outils de mesure tant collectifs qu’individuels. L’entreprise doit elle-même mesurer son niveau d’employabilité collective : est-elle une organisation apprenante ? Favorise-t-elle suffisamment l’employabilité de ses collaborateurs ? Autant de points de départ pour développer prises de conscience et actions. Mais aussi en permettant aux collaborateurs de connaître le champ des possibles et des dynamiques d’emploi au sein de l’entreprise comme au sein de leur bassin d’emplois : quels sont les métiers leur étant accessibles et quels sont les métiers de demain? Quel est leur socle de compétences qui servira de base à leur futur métier ?
  • Donner les moyens au salarié d’être proactif de son employabilité
    L’auto déclaration des compétences à l’aide d’outils digitaux sémantiques qui permettent au salarié de traduire ses expériences en compétences objectives et opérationnelles.
  • Former, s’ouvrir à de nouvelles compétences
    Utiliser la formation sous toutes ses formes : digital, présentiel, sans oublier les techniques du gaming pour faciliter l’apprentissage.
  • Définir des socles minimums de compétences permettant de s’adapter dans des environnements en mutation permanente.
    Mettre en place une auto-évaluation systématique des compétences en amont de la formation, puis mesurer les progrès à 3 et 6 mois et permettre de les certifier.

Il est temps de passer de la promesse employeur de « l’emploi à vie » à celle de « l’employabilité à vie » dans l’entreprise ou hors de celle-ci : l’entreprise ne peut plus garantir un métier à vie, elle doit s’engager à développer l’employabilité des salariés pour leur permettre de vivre des aventures professionnelles plurielles et diversifiées, notamment au travers de programme de mobilités internes. Le salarié, quant à lui, doit changer de paradigme : du droit à l’employabilité au devoir d’employabilité.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »