Au CES de Las Vegas L’irrésistible ascension des tablettes

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

lundi 9 janvier 2012

En 2011, Apple a vendu plus de 40 millions d’iPad et s’est imposé comme l’incontestable leader de ce nouveau marché. Ce succès a suscité de nombreuses vocations et convoitises qui, pour l’instant, n’ont eu qu’un impact limité sur la position d’Apple. Le CES, qui ouvre ses portes le mardi 10 janvier à Las Vegas, est l’occasion de faire un point sur ce marché et son influence sur celui des PC.

Le CES reste le plus grand salon électronique du monde avec, pour l’édition 2012, quelque 2700 exposants et 140 000 visiteurs attendus. Créé en 1967 et venant du monde de la télévision, le CES a naturellement évolué pour couvrir l’industrie du numérique. Et les phénomènes de convergence des technologies et de consumérisation de l’IT ont étoffé un peu plus sa couverture. Alors que les grandes innovations du secteur ont été dévoilées - la vidéocassette en 1970, le camcorder en 1981 et l’Xbox en 2011 par exemple -, de plus en plus de constructeurs préfèrent lancer leurs nouveaux produits au moment qu’ils jugent plus propice. C’est par exemple le cas d’Apple et d’Amazon. Pour sa part, Microsoft a annoncé que l’édition était la dernière à laquelle il participerait rompant ainsi une très forte présence : Microsoft a assuré 14 Opening Night Keynote (Conférence plénière de la soirée) depuis 1995.

Les tablettes font florès

Le phénomène des tablettes était-il imprévisible ? En tous cas, il a pris de court tous les analystes (et les médias) qui n’ont pas vraiment vu venir le phénomène qui ont cru que la nouvelle vague des netbooks allait bousculer les PC portables.  D’autant que des essais précédents ne s’étaient pas avérés concluent.

Lancé par Asus qui voulait voler de ses propres ailes, le netbook semblait embarquer les mêmes avantages que les portables avec une portabilité beaucoup plus grande (poids et dimension). Mais les netbooks n’auront duré « que l’espace d’un matin ». En fait, ils n’apportaient pas grand-chose. Et  les tablettes leur ont donné le coup de grâce alors qu’elles devraient avoir un impact limité sur les PC portables car les deux produits ont des utilisations différentes malgré un certain recouvrement.


Quoiqu’il en soit, les ventes de tablettes vont littéralement exploser. Selon le cabinet NPD DisplaySearch (qui vient de racheter In-Stat), elles devraient atteindre 383 millions d’unités en 2017 contre 73 millions en 2011 et faire quasiment jeu égal avec les PC dont il devrait se vendre quelque 439 millions d’unités. 2012 devrait être une relativement bonne année en raison d’un renouvellement nécessaire dû à un parc vieillissant et 2013 devrait bénéficier de l’effet Windows 8 qui, s’inspirant des idées de Windows Phone, devrait faire souffler un air frais sur le monde un peu sclérosé du PC.

La plate-forme Wintel a été largement secoué par l’arrivée des smartphones et des tablettes laissant le champ libre à de nouveaux acteurs comme ceux participant aux écosystèmes ARM ou Android. Apple poursuit sa course en solitaire en proposant des systèmes intégrant matériel et système d’exploitation.  Contrairement au monde du PC dont il détient le quasiment monopole du système d’exploitation (grâce à une stratégie commerciale obligeant les fournisseurs à intégrer Windows dans leur machine et ne laissant que peu de choix aux clients), Microsoft joue un rôle mineur dans les mondes des smartphones et des tablettes.

Nouvelles règles du jeu

Côté smartphone, la firme de Seattle a essaye de rebattre les cartes en faisant table rase et en dévoilant son nouveau système Windows Phone 7. Même si les réactions des spécialistes a été plutôt positive, l’essai n’a pas vraiment réussi à bousculer le marché d’autant que repartir d’une page blanche a eu pour conséquence de faire perdre un temps précieux que les concurrents ont mis à profit pour asseoir leur position, notamment à Google et à tous ceux qui participent à l’écosystème Android. Pour rattraper le temps perdu, Microsoft s’est associé avec Nokia, l’ex-leader finlandais du marché des mobiles a mal négocié le virage des smartphones perdant beaucoup de terrain.

Mais, là encore, l’essai est loin d’être transformé et la synergie entre les deux acteurs et leurs produits n’est pas prouvé.  En septembre dernier, Microsoft annonçait de Windows Phone 7.5, alias Mango,  une nouvelle version saluée de manière positive par les analystes. Microsoft pêche encore par une place de marché d’applications qui fait pâle figure face à celles d’Apple (425 000 pour l’iOS App Store) et d’Android (250 000). Mais les responsables de l’éditeur rétorquent qu’il ne faut pas confondre quantité et qualité.  « L’éditeur à tort et la place de marché des applications Windows Phone ressemble à une ville fantôme »,  écrit Nick Wingfield dans un article publié par le New York Times.

Côté tablette, un marché beaucoup plus récent, la position de Microsoft n’est guère plus reluisante mais il n’est pas le seul tant Apple a pris une importante avance avec son iPad. La première génération a été dévoilée en janvier 2010 et la seconde en mars de l’année suivante. S’il n’a fallu 80 jours à Jules Verne pour faire le tour du monde, il n’en a pas fallu plus pour Apple de vendre 3 millions d’unités de l’iPad.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »